Témoignage de Yannick Pageau

Mon histoire commence le matin du 1er juillet 1972. Ma mère vient de « perdre les eaux ». Elle se rend à la maternité de l’hôpital d’Angers avec deux témoins. Le personnel médical ne les croit pas.

A cette date le 1er juillet 1972, à la maternité le service est très restreint, à cause du prologue du tour de France à Angers. Le lendemain, 2 juillet 1972, le départ de la 1 ère étape Angers-St Brieuc.

Donc, ma mère accouche, seulement le lun­di, 3 juillet 1972 à 10H30. Quand je suis né, les sages-femmes m’emmènent en urgence dans une autre salle. J’ai la tête toute molle et difforme. Ils essaient de la remodeler. Ils touchent mon hypophyse (chef d’orchestre du système endocrinien).

J’avais 3 mois, quand ma mère peut enfin me prendre dans ses bras I Avant, mes parents ne peuvent me voir qu’à travers une vitre.

Verdict médical : « Gigantisme cérébral, diabète insipide » Donc pas d’études au-delà du cours moyen au maximum. Les médecins conseillent à mes parents de me placer.

Jusqu’à mes 3 ans, à cause de mon diabète In­sipide, je bols plusieurs litres d’eau par jour car il n’existe pas encore de médicaments adaptés. (Un adulte, sans médicament, peut boire de 5 à 22 litres d’eau par jour !) A cette époque, il n’y a que des couches lavables. Ma mère a l’idée de me mettre sur un seau pour enfants toutes les 20 minutes. Et, à chaque fois, je le remplis.

A 16 ans, un professeur de l’hôpital m’annonce : « Tu as une scoliose morbide ».

On attend mes 18 ans, pour que je décide si je veux être opéré ou pas. Le risque de mourir est aussi grand que celui de vivre. Étant donné les risques, Je dols perdre 50 kg avant l’opération. Je pars à l’île d’Oléron au centre héliomarin pour perdre mes 50 kg. Deux ans sans rentrer chez moi. Mes parents viennent me rendre visite. 8 mois pour me redresser la colonne vertébrale puis opération et rétablissement.

Yannick PAGEAU