Bonne souvenance – un poème de Geneviève C.

Combien j’ai de bonne souvenance,
De notre belle indépendance ,
Pourquoi fallait-il que ce virus vienne ?
Mettre  un gros grain de sable dans la chaîne.

Depuis un an tu nous temporises, 
Nous confinant à trois reprises,
Tu es comme un insecte plein de rancune,
Qui s’déplace en patrouille au-dessus des dunes.

En nous mettant un fil à la patte,
Tu as dû confondre l’adage
« En avril ne te découvre pas d’un fil « 
Alors comprends bien notre air d’abasourdi.

Il serait temps que tu t’assoupisses,
Que tu t’endormes et que tu nous quittes,
Tu nous as confrontés à nos limites,
Maintenant la plupart ont très bien saisi.

Continuer pour ceux qui exagèrent,
Insister pour que certains comprennent
Qu’ils ne sont que de fiers imbéciles,
Qui ne savent que regarder leurs nombrils.

Heureusement qu’il y a le soleil,
Qui aide dans un moment pareil,
Après la pluie, le beau temps arrive,
Alors restons toujours très, très optimistes!

D’après la chanson: Combien j’ai douce souvenance musique: Auvergne
Le texte original est de  François René de Chateaubriand
paroles arrangées :Geneviève

 

 

 

Quand le lundi de Pâques tombe un lundi ! qu’il ne fait pas beau, « la situation Titille «