Sport-santé ou Activités Physiques Adaptées

Également appelées « Sport Santé », les activités physiques adaptées (APA) recouvrent l’ensemble des activités physiques et sportives adaptées aux capacités des individus (enfants ou adultes) atteints de maladie chronique ou de handicap. L’objectif principal des APA est de prévenir l’apparition ou l’aggravation de maladies, d’augmenter l’autonomie et la qualité de vie des patients, voire de les réinsérer dans des activités sociales.

On entend par l’expression Activités Physiques Adaptées (APA) les secteurs professionnels utilisant l’ensemble des pratiques corporelles dans le but d’améliorer la santé des personnes malades, en situation de handicap ou vieillissantes. Les professionnels participent à la prévention secondaire (pour agir au stade précoce d’une maladie) ou tertiaire (pour agir sur les complications et les risques de récidive d’une maladie), la réhabilitation ou l’insertion sociale en fonction du secteur où ils exercent. Ils utilisent des méthodes scientifiques pour élaborer et animer des programmes d’exercices physiques intégrés dans les parcours individuels de soin et de santé. Ces programmes sont effectués de manière générale en groupe dans les conditions optimales de sécurité possible. Ils peuvent être prescrits sur ordonnance par des médecins et remboursés par certaines assurances complémentaires de santé ou par subventions des communes et/ou des régions.

L’activité physique adaptée est différente des actes de rééducation, réalisés par des professionnels de santé (kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychomotriciens…).

C’est un professionnel formé spécifiquement à cette approche qui dispense les séances d’activités physiques adaptées. Il module avec les patients un programme adapté à leurs capacités physiques, leurs attentes, leur état psychologique et/ou leur maladie. En règle générale, l’APA se pratique en petit comité pour que le professionnel puisse assurer un suivi individuel. L’objectif est de réapprendre à bouger en prenant en compte les possibilités de chacun afin de retrouver une certaine autonomie.

L’activité physique adaptée ne doit pas être contraignante pour le patient, mais un plaisir à pratiquer dans la durée.