Aphasies

L’aphasie est la perte totale ou partielle du langage, suite à une lésion du cerveau. Elle survient à la suite d’une lésion cérébrale : A.V.C., tumeur, traumatisme crânien ou conséquence d’une maladie neurologique dégénérative.

La personne aphasique peut avoir des difficultés variables pour parler, comprendre, lire ou écrire. Les capacités de communication sont atteintes. 

Tout ce qui était naturel avant peut devenir difficile ou impossible : discuter, comprendre, téléphoner, regarder la télévision, lire le journal, écouter la radio, écrire une lettre, rédiger un mail  ou encore faire les comptes…

MAIS ATTENTION :

  • L’aphasie n’est pas un trouble psychique ou un handicap mental.
  • Les capacités intellectuelles de la personne aphasique sont presque toujours préservées.
  • La personne aphasique n’est pas sourde.
  • La personne aphasique n’a pas de problèmes de voix.
  • L’aphasie n’est pas une maladie transmissible ou contagieuse.
  • Les difficultés de langage de la personne aphasique sont différentes de celles des enfants.

Important : consulter les orthophonistes.

  • Consulter la rubrique Médiathèque, bulletins EN avant! n°2 de jan.2015, p.6-7 et 10 ; n°5 juin 2016 p.10 et poèmes, documents

 

  • L’APHASIE OU LES APHASIES ?

On parle de l’aphasie mais, il existe plusieurs formes d’aphasies qui dépendent de la localisation précise de la lésion cérébrale. Les aphasies peuvent être classées en deux grandes catégories :

 

  • L’aphasie « silencieuse » = Aphasie de type Broca

Elle est consécutive à une lésion de l’aire de Broca et touche plutôt le versant expression, la compréhension est conservée. Elle s’accompagne presque toujours d’une paralysie du côté droit. La personne sait ce qu’elle veut dire mais les mots ne sortent pas ou pas correctement. La personne a du mal à s’exprimer.

Au début de l’aphasie, les difficultés sont si importantes que certains malades ne peuvent plus parler du tout (mutisme).

  • L’aphasie « bavarde » = Aphasie de type Wernicke

Elle est consécutive à une lésion de l’aire de Wernicke et touche plutôt la compréhension. La personne n’a pas de difficultés à s’exprimer mais a de gros troubles de compréhension : – la personne est très bavarde, elle parle abondamment (logorrhée)

– il peut être difficile de l’arrêter, de la canaliser

– elle ne comprend pas ou mal ce qu’on lui dit

– elle n’a pas de difficultés articulatoires

– son discours peut être totalement incompréhensible (jargon)