DES MOTS ET DE LA DERISION

Dimanche dernier sans raison apparente alors que l’angoisse montait et que le moral descendait, j’ai trouvé cette parade: dénoncer sans nommer
Peut-être que dans ce grand bazar cela pourra un peu… vous  dérider,
( car pour moi, cette situation ne peut pas ajouter des cheveux blancs, aux cheveux déjà blancs.)

Un jour on appris qu’il y avait
En  Chine un sale virus
Cela était presque un secret
Bouche cousue et puis motus

Comment ne pas perdre le Nord …
Quand soudain on vous fait l’annonce
Que le grand danger, c’est d’être âgé
Et que vous pouvez « calancher »
À l’annonce de l’âge certains ont dû
prendre un coup d’blues
Car dès 60 ans on vous destinait au rebut

Un virus c’est au masculin
Mais voilà les experts
Sentant leur ego mis en berne
Ont opté pour  le féminin

Comment voir l’histoire qui s’ répète
Quand rien dans le temps n’a changé
y a un précédent,  que j’ vais vous rapp’ler
Et que beaucoup ont oublié
Au Jardin d’Eden, Adam, refusant d’assumer
Ainsi c’est sur Eve
Que la faute est retombée

Fallait-il vraiment qu’ ils  prennent le temps
De parler pour ne rien dire
Alors que sur le tas solidairement
Ils côtoyaient de près  le pire

C’est ainsi qu’on peut se rendre compte
Que ceux qui détiennent le savoir
Peuvent  patauger, être dans l’ brouillard
Ne pas être ceux que l’on croit
Ce futé d’virus s’est bien moqué, de leur cher…. »Moi…. »
Car à leur insu
Les a descendu, d’ leurs perchoirs

Mais c’ virus se conduit comme un lâche
En tapant… sur les faibles
C’est du harcèlement de bas d’gamme
Il ne faut pas qu’il en soit fier

Comment des mots  un peu de délire
Peuvent dans ce sacré confinement
Transformer un jour un peu chagrinant
Le rendre un peu plus éclatant
Il y a le remède, qu’on peut  aussi, avoir en soi
C’est la dérision
Qui peut ainsi, faire la loi
C’est la dérision
Qui peux aider à prendre sur soi….

Sur l’air mon amant de Saint-Jean paroles: Geneviève Chaudet musique: Émile Carrara)