Les enfants d’ André et Geneviève Chaudet

Aphasie, mot mystérieux et inconnu de notre famille avant que papa ne fasse son AVC. mystérieux encore aujourd’hui, plus d’un an après son décès.

Nous gardons toujours l’image de papa enfermé dans une bulle d’où ne filtraient que des suites de mots, des phrases que l’on devait déchiffrer avec des interprétations hasardeuses, nous laissant chaque fois dans le doute d’avoir bien compris, d’avoir été compris. Ces dialogues compliqués nous laissaient dans un état de rage, de frustration et, dans les yeux de papa. nous percevions en plus de ces mêmes sentiments, de la tristesse. Nous étions impuissants devant lui, incapables de trouver une faille pour rétablir une communication normale. En revanche, un échange existait lors de travaux de bricolage avec de franches rigolades.

Nous attendions tous un déclic, un reset….un miracle pour briser cette satanée bulle, mais voilà, papa est parti avec….

Pour toutes les personnes touchées par ce handicap, la guérison complète n’existe pas mais il ne faut jamais rompre le « dialogue », toujours entretenir les échanges même s’ils sont compliqués, ne jamais laisser dans un isolement ces hommes ,ces femmes qui ont survécu à une urgence médicale vitale. L’association Aphasie 49 permet d’établir ces indispensables liens entre malades, entre aidants, entre malades et aidants par ces ateliers et ces sorties.

Enfants de gauche à droite 
Ludovic, Patrick, Jean Christophe, Delphine et Thierry.