Gérard FROGER répond à trois questions du journaliste